Lycée Charlemagne
14, rue Charlemagne,75004 PARIS
Tel : 01 53 01 98 30
Fax : 01 42 72 78 18
V 2.0 Mercredi 26 Juillet  Bienvenue !

Site des C.P.G.E du lycée Charlemagne:

  Accueil

  Administration

  Historique

  Les classes prépas

  Calendriers nationaux

  Ecrivez nous


accès au site du Lycée



  

CLASSES PRÉPARATOIRES AUX GRANDES ÉCOLES D'INGÉNIEURS

-> Journée d'information <-

  1. La structure des classes préparatoires du lycée:

    Le lycée Charlemagne possède sept classes préparatoires scientifiques: trois classes de première année réparties en deux MPSI et une PCSI et quatre classes de seconde année: MP, MP*, PC, PC*.

    Chaque classe peut accueillir un maximum de 48 élèves.

    Les langues vivantes proposées dans ces classes sont: l'anglais, l'allemand, l'espagnol et le russe. D'autres premières langues sont acceptées mais les étudiants doivent alors suivre les cours correspondants dans d'autres établissements parisiens.

    La vocation des classes de première année est d'acquérir les connaissances permettant un passage en seconde année, toutefois quelques écoles d'ingénieur proposent des places aux étudiants de première année: écoles des mines de Douai, Albi, Alès et Nantes ainsi que l'ENAC (aviation civile).

    Les classes de seconde année préparent aux concours des grandes écoles: Écoles d'Ingénieurs ou Écoles Normales Supérieures.

  2. Entrer en classes préparatoires au Lycée Charlemagne:

    L'admission des élèves dans ces classes n'est pas simplement subordonnée au succès au baccalauréat S. Des études en classes préparatoires supposent de la part des élèves une bonne santé, un bon équilibre nerveux, une grande capacité de travail et la volonté de respecter la pluridisciplinarité (étude de six disciplines) qui fait la spécificité de l'enseignement dispensé dans ces classes. La toute première condition requise est bien évidemment un goût prononcé pour les sciences: c'est cet attrait pour les sciences qui doit permettre de tirer profit de l'enseignement dispensé durant ces nombreuses heures d'étude.

    Il est très vivement conseillé aux étudiants qui voudraient entrer en classes préparatoires au lycée Charlemagne de veiller à ce que leur temps de transport soit raisonnable (45 minutes semble un maximum).

    L'un des atout du Lycée Charlemagne est sa taille raisonnable ainsi que le climat qui y règne permettant aux équipes de professeurs de suivre les élèves au cours des deux années et de les encourager.

    Tous les élèves qui passent par les classes préparatoires acquièrent une formation et des méthodes de travail qui seront déterminantes dans leur vie professionnelle.

    Les élèves qui le souhaitent (et c'est recommandé) peuvent obtenir, si leur niveau le permet, un DEUG scientifique en présentant un examen spécial (dont les épreuves portent sur les programmes des classes préparatoires) à l'Université. En outre une convention passée avec l'Université René Descartes (Paris VII) permet, toujours sous condition de niveau suffisant et sans passer d'examen, de poursuivre des études en licence en étant dispensé du DEUG.

  3. Passer en seconde année au Lycée Charlemagne:

    A la fin de la première année les étudiants sont orientés en fonction de leurs voeux et de leurs capacités dans les classes de seconde année.

    Les classes de MPSI conduisent aux MP* et MP ainsi éventuellement qu'aux classes de PSI* et PSI mais dans un autre établissement puisque nous ne disposons pas de ces sections.

    La classe de PCSI conduit aux classes de PC* et PC ainsi, comme les MPSI, qu'aux classes de PSI* et PSI.

    Les étudiants orientés vers la filière PSI trouvent systématiquement un excellent établissement d'accueil grâce au soutien de l'administration qui les recommande. La qualité de nos étudiants étant reconnue sur Paris il n'y a jamais de problème.

    Les étudiants ayant effectué leur première année dans autre établissement que le lycée Charlemagne peuvent déposer un dossier de candidature pour entrer en seconde année dans notre lycée dès qu'ils ont connaissance de l'orientation qui leur est proposée lors du dernier conseil de classe.

  4. Les spécificités des classes de seconde année:

    1. La classe de MP*:

      Cette classe accueille les meilleurs étudiants des classes de MPSI, c'est une classe d'un très haut niveau scientifique constituée d'étudiants en général très solides dans toutes les disciplines y compris littéraires et souvent rapides. Elle comporte un programme de mathématiques renforcé et un programme de physique de haut niveau. Un bon nombre de ces étudiants ont choisit l'option informatique en première année.

      Les débouchés sont essentiellement les Écoles Normales Supérieures, l'École Polytechnique, l'ENSAE (École Nationale de la Statistique de l'Administration Économonique) ainsi que les plus prestigieuses écoles d'ingénieur (Centrale Paris, Mines de Paris, Ponts, Télécom. Paris etc...). Les succès de nos étudiants à ces écoles, souvent dès l'année de 3/2 (Cf. Lexique), se reconduisent d'année en année, particulièrement aux écoles normales supérieures (Voir les tableaux de résultats de la MP*).

    2. La classe de MP:

      Les programmes de cette classe sont les mêmes que ceux de la MP* (à des détails près en mathématiques). Les débouchés naturels de cette classe sont les écoles d'ingénieurs des concours de Centrale, des Mines, du concours commun polytechnique (écoles des ENSI), des Travaux Publics, du concours E3A etc... Les meilleurs élèves de cette classe obtiennent des résultats comparables à ceux de certains élèves de MP*. Pratiquement tous les ans les meilleurs d'entre eux peuvent effectuer, s'ils en ont l'ambition, leur année de 5/2 (cf. Lexique) dans la classe de MP*. On pourra consulter les résultats de la MP

    3. La classe de PC*: Cette classe est l'équivalent de la classe de MP* pour la filière PC avec prépondérance de l'enseignement de la physique et de la chimie; le programme est de haut niveau. Le programme de mathématiques est moins volumineux et moins abstrait que celui de la filière MP. Outre les Écoles Normales Supérieures et l'École Polytechnique les débouchés naturels sont l'ESPCI (École de Physique et Chimie industrielles de Paris) et les écoles des concours Centrale et Mines. (Voir les résultats de la dernièegrave;re promotion par exemple.).

    4. La classe de PC: c'est l'homologue de la classe MP pour la filière physique et chimie. Les programmes sont les mêmes que ceux de la PC* (à des détails près en mathématiques). Les débouchés naturels sont les écoles des ENSI (concours commun polytechnique) de physique et de chimie, toutefois comme pour la classe de MP, les meilleurs étudiants sont régulièrement reçus aux écoles des concours de Centrale et des Mines et obtiennent des résultats comparables à ceux de certains élèves de la classe de PC*.

Lexique:

Classe de « sup. » : il s'agit d'une classe préparatoire scientifique de première année .

Classe de « spéciales » ou de « spé. » : il s'agit d'une classe préparatoire scientifique de seconde année.

Dans le vocabulaire des classes préparatoires un 3/2 désigne un étudiant qui est pour la première fois en classe de spéciales et un 5/2 un étudiant qui effectue une seconde année en « spé ».

Points de 3/2: il s'agit, dans certains concours, de points de bonifications qui sont accordés pour l'écrit ou l'oral au élèves 3/2.




Quelques remarques sur les classements des classes préparatoires:

Ces classements, publiés chaque année dans différentes revues, sont une assurance pour ces dernières d'une grande diffusion du numéro concerné. Ils sont faits sur leur initiative et de manière spécifique: A chaque journal sa méthode donc son classement. Cela explique les incohérences entre ces classements.
Leur principe est en général simple: on sélectionne un lot d'écoles, on compte les admissibles, ou les reçus ou les entrants dans ces écoles, chiffres que l'on compare avec le nombre de candidats et on calcule un pourcentage de réussite. Bien évidemment, ce pourcentage dépend largement de ce que l'on compte: Ainsi en 2002, la plupart des MP* de Charlemagne ayant réussi sur les concours X, Écoles normales, Mines et/ou Centrale ont choisi d'intégrer les écoles normales, un classement fondé sur les chiffres des écoles Normales mettra Charlemagne en tête, un autre classement ne prenant en compte que Mines et Centrale mettra Charlemagne en position moins favorable (Nouvel Économiste de Mars 2003 par exemple). Les biais importants sont les suivants:

  • Choix des écoles: cf. ci dessus

  • Structure de lycée: un petit lycée n'ayant qu'une classe non étoilée aura fatalement des résultats moins bons qu'un lycée où les deux sections sont présentes, qui lui même aura de moins bons résultats qu'un lycée n'ayant qu'une section étoilée

  • Politique des lycées: Certains lycées interviennent dans le choix des concours des élèves, interdisant par exemple aux élèves de classe non étoilée le passage des concours pour les sections étoilée (en clair un MP ne peut passer es écoles normales ou l'X), ces élèves passent les concours en candidat libre et sont réintégrés dans les candidats du lycée en cas d'admissibilité. Ce genre de politique devient plutôt rare mais explique pourquoi certains lycées ont plus d'admissibles que de candidats...

  • Source des chiffres: Les chiffres ne sont pas simples à trouver et les erreurs sont fréquentes et très souvent nombreuses au sein d'une même enquête rendant parfois cette dernière totalement incohérente.

La lecture de ces enquêtes doit se faire en ayant ces éléments en tête. Le nombre d'admissibles est plus significatif du niveau d'une classe que le nombre d'intégrés ou même de reçus: Des élèves ambitieux peuvent décider de renoncer à une école même prestigieuse pour les écoles normales par exemple (on a eu le cas extrême d'élèves démissionnant de l'X pour faire 5/2 afin d'avoir l'école normale de Paris (Ulm)). Des résultats modestes une année peuvent être souvent expliqués par des résultats exceptionnels l'année précédente entraînant l'absence de redoublants (5/2) qui représentent une part non négligeable des bons résultats d'une classe. Une bonne idée consiste à lire ces enquêtes sur 3-4 ans. Enfin, les miracles n'existant pas, il faut rappeler que ce sont les élèves qui passent les concours et non les lycées.